L’Importance D’un Nom

C’est vrai que c’est difficile de travailler dans un pays étranger, et j’ai pas souvent pensé à cela aux États-Unis avant ce stage. Il y a beaucoup des immigrants qui travaillent dans notre pays, et je comprends leur luttes beaucoup plus maintenant qu’avant. Mais moi, je ne dois pas soutenir une famille, et je peux retourner après 2 mois et continuer ma vie tranquille aux États-Unis. Normalement, les immigrants n’ont pas ce choix. En fait, moi, je ne fais que prétendre. Mais quand même, j’avais vécu des défis ici comme une étranger.

Par exemple, l’importance d’un nom. Avant ce stage, j’avais jamais pensé à cela. C’est qu’un nom, c’est pas trop important, n’est-ce pas? Aux États-Unis, tout le monde savent pronouncer mon nom, donc je pense pas à l’importance de mon nom et ce que ça veut dire pour mon identité. Mais, les français n’arrivent jamais à prononcer mon nom. C’est normal, ils ont un accent. Mais de plus, ils ne peuvent pas écrire mon nom. Ils ajoutent toujours un “e” à la fin, comme “Erine,” même après que je leur ai dit qu’il faut pas écrire un e. Après un mois de cela, ça m’énerve beaucoup.

Je sais bien que mon nom n’est pas un nom français, mais il n’est pas trop difficile à écrire, et j’aurais espéré que mes collèges pourront essayer un peu plus d’apprendre mon nom. Mais, il n’essaient pas de tout à y pronouncer ni l’écrire, et c’est pour ça que j’ai réalisé qu’un nom veut dire beaucoup plus qu’une méthode d’identification. C’est vraiment mon identité, ma culture, et mon histoire. Donc, à l’avenir, je vais faire attention à çela quand j’interagis avec les étrangers aux États-Unis, parce que je vois bien ce que les noms veulent dire.

Advertisements

Pourquoi vous n’êtes pas fatigués ?

Pendant les soirées d’animation, le DJ (pas encore maintenant parce qu’il est parti) hurlait « Vous êtes fatigués ! » et les vacanciers répondaient en disant « On n’est pas fatigué ! »

 

Franchement, pour les gens français, je crois que c’est vrai. Ils sont jamais fatigués; je ne comprends pas ! C’est maintenant plus que six semaines que je suis ici et je suis en train de mourir de la fatigue. Les journées sont très longue et dure. On commence à dix heure de matin au Miniclub. Cependant, ici il faut qu’on soit là au moins quinze minutes avant que le début d’activité. Alors, si on commence à dix heure, il faut que je sois là à 9 heure 45. Franchement c’est trop tôt pour moi. Ici, c’est très importante que nous ne sommes pas tard mais à l’heure. (C’est pourquoi le chef d’animation était fâché avec mon coloc.) On finissait les journées très tard après 23 heures. Bien sûr on a plusieurs temps de repos durant la journée alors je travaille seulement 37 heures dans le semaine. Mais, ces 37 heures sont très durs avec les activités dehors dans le soleil et la chaleur. Je suis très fatigué et je veux dormir.

 

Cependant … mes collègues français sont jamais fatigué je crois. Le travail est dur et les journées sont longues mais ils veulent sortir chaque soir au bar. Ils toujours me demandent « Tu viens ce soir au Cap Golf (le bar) ? » et je réponds en disant que non, je suis trop fatigué. S’ils ne sortent pas au bar, ils boivent et parlent chez eux très tard dans la nuit. Je ne comprends pas. Dès que c’est 23 heures, je veux dormir mais mes collègues ont besoin de faire quelque chose. C’est incroyable et vraiment, je crois que les gens français sont jamais fatigué. Parfois je lis les critiques des vacanciers de Les Viviers et une plainte fréquente est que les animations finissent trop tôt à 23 heures ! C’est ridicule !

 

« Vous êtes fatigués ! »

 

« On n’est pas fatigués ! »

Au revoir à mon coloc

J’étais près d’écrire mon blog. Je suis rentré chez moi et j’étais assieds prêt à écrire avec mon idée. Cependant dès que j’étais près, mon coloc, il est rentré chez nous, il a pris tous ses affaires, et il est parti en sa voiture en démissionnant son emploi.

 

Mon coloc, il s’appelle Damien et il était notre DJ. Il a trente ans, plus que dix ans de plus que moi. Franchement pour moi, il est la représentation de la culture française. Il était un peu pervers et sexiste. Il appelait mes collègues femelles sa bébé comme une blague. Il aimait sortir et quand il était bourré, il a fait beaucoup de bruit et il n’avait pas de contrôle. Il était fou et plein d’énergie. Cependant, il était un homme très sympa et gentil. Il avait des bonnes morales et il peut se calmer. J’ai demandé mes collègues femelles si Damien était trop effrayant mais ce n’était pas le cas. Il était très aimé par notre équipe d’animation.

 

Mais pourquoi est-ce qu’il a quitté ? Alors qu’est que c’est passé. Donc, mon coloc, il est d’habitude d’être un peu en retard et cette journée n’était pas l’exception. Il était en retard pour un répétition pour un spectacle pour la soir. Le chef était très fâché avec lui parce que ici, la ponctualité est très importante. Oui c’était ridicule pour Damien d’arriver en retard sans t-shirt et dans une serviette. Cependant, je ne suis pas d’accord avec ce qui s’est passé. Le chef a commencé à hurlé et juré à Damien. Ce n’était pas en privé non plus, c’était devant plusieurs vacanciers. Après, Damien a décidé qu’il ne peut pas travailler ici encore et il a décidé de quitter. Donc, il est rentré chez nous et il a déménagé toute suite.

 

J’ai beaucoup de respect pour Damien parce qu’il a resté calme. Je suis très surprise aussi que le chef avait le droit de faire ce qu’il a fait. Aux États-Unis, je sais qu’il n’y a pas le droit même si c’est le chef. J’espère que ce n’est pas le cas en France. Après l’incident, je crois qu’il n’y avait pas des répercussions ou des conséquences pour mon chef. C’est comme si rien ne s’était passé.

 

Alors Damien, je pense qu’on a bien passé le temps comme colocs. Oui, on avait des différences culturelles mais tu m’as appris comment vivre en France. Merci.

Le Programme Chaque Semaine

Au camping, il y a environ 4,000 vacanciers pendant la haute saison. Les responsables nous ont dit que la haute saison commence à 15 juillet jusqu’a 15 août. Alors, on est au milieu de la saison. C’est fatigant, mais heureusement il n’y a pas trop d’enfants qui viennent au mini club. J’aime bien le mini club quand il y a 15-25 enfants, mais c’est le chaos avec plus!

Alors, qu’est-ce qu’on fait avec 4,000 vacanciers? On a deux programmes pour les semaines, et on les change chaque semaine. Je les appelle “la semaine olympiade” et “la semaine spectacle de vacanciers.” Pendant le semaine olympiade, on fait, évidement, les jeux olympiades avec les vacanciers. Ça se passe jeudi. On passe toute de la journée en faisant les activités à la plage, comme les parcours et le canoeing. Au début de la semaine, et encore à vendredi, on fait un spectacle pour les vacanciers. Ça se passe chaque semaine, mais on le fait mardi pendant la semaine olympiade et lundi pendant la semaine spectacle de vacanciers. Cette semaine, j’ai chanté “New York State of Mind” de Billy Joel au cabaret!

Je préfère la semaine spectacle de vacanciers, parce qu’on passe toute la semaine en préparant un show vacanciers qui se passe jeudi soir. Les enfants, les ados, et les adultes tous font une danse ou une chanson. Au mini club, on répète chaque après midi avec les enfants, et ça me plaît beaucoup plus que les activités qu’on fait pendant la semaine olympiade. Je sais organiser les gens pour les spectacles, mais c’est difficile pour moi d’inventer des jeux.  Même si je préfère la semaine de spectacle vacanciers, il y a une soirée pendant la semaine olympiade que j’adore– le “beach party.” On va à la plage pour faire danser les vacanciers. 

Cette semaine passée était le spectacle vacanciers, et cela s’est passé bien. De plus, mon amie française est venue pour me voir ce weekend et c’était géniale! Chaque semaine va mieux que la semaine avant ici, et je peux pas croire qu’il y a qu’un mois qui reste!

Ici on dit bonjour

Ici à la colonie de vacances Les Viviers, nous, des animateurs, sommes ici pour les vacanciers donc ils peuvent bien passer les vacances. Il faut qu’on dise bonjour à tous les vacanciers qu’on voit. Facile non? Oui un peu mais, la culture française n’est pas pareille qu’aux États-Unis où les gens sont très extraverti et ouvert aux inconnus. Ce n’est pas d’habitude pour des gens français de saluer des inconnus. Aux États-Unis, on voit que c’est plus commun de dire bonjour aux autres même s’ils sont des étrangers. Parfois quand je dis bonjour, il y a des gens qui ne répondent pas. Il y avait un jour qu’un petit garçon a demandé ses parents « Pourquoi est-ce qu’il toujours dit bonjour? » Souvent cependant, les vacanciers répondent avec un bonjour mais ils sont confus et ils ont un réaction à retardement. Les gens ici sont très sympas donc j’ai aucun problème.

 

Il y a une différence culturelle entre les gens français et les gens américains. Alors est-ce que les gens français sont moins sociaux que des américains parce qu’ils ne saluent pas? En fait, la réponse est non. C’est bizarre mais les gens aiment passer les vacances avec des autres. Il y a toujours un groupe des ados qui sont ensemble malgré qu’ils ne se sont jamais rencontrés. Les grands jeux du camping en équipes soit les olympiades où des tournois de sport sont très populaires. J’ai parlé dans mon dernier blog que les vacanciers en France profitent bien des évènements avec des autres même s’ils sont des étrangers. Oui, ce n’est pas l’habitude peut être de saluer les gens inconnus comme aux États-Unis mais à mon avis, les gens ici sont plus ouverts aux autres.

Paris en été? La transpiration est obligatoire

3/8/2018

Je ne réalise pas que c’est ma dernière semaine à Paris. Cette expérience a été au-delà de tout ce que j’aurais pu espérer, et je ne suis pas prête à dire au revoir. Cependant, ce qui est bien c’est que je sais que je serai de retour.

En l’honneur de mes derniers jours ici, je vais faire de ce blog une réflexion sur mes 2,5 derniers mois ici en énumérant quelques-unes des différences que j’ai remarquées à mon arrivée, et les manières que j’ai dû m’adapter tout au long de l’été.

  1. Soyez prêt à marcher. Beaucoup. Surtout si vous vivez dans un appartement sans ascenseur, ce qui était le cas pour moi. Traîner 3 (: P) des valises géantes jusqu’à 3 étages était une aventure. Je n’ai pas hâte de tout ramener dans les escaliers.
  2. Investissez dans un, deux ou trois ventilateurs. Le plus c’est le mieux. Les Français n’utilisent pas la climatisation. Le soleil s’en fout. Il va faire chaud, et vous allez transpirer, alors acceptez le.
  3. Habituez-vous à sécher vos vêtements à l’air. La plupart des appartements en France ont une machine à laver, mais pas un sèche-linge, alors vous devriez être prêt à porter des vêtements mouillés sur chaque canapé, table et chambre de votre appartement.
  4. La bulle de l’espace personnel n’existe pas dans le métro. Vous allez être extrêmement proche des gens que vous n’avez jamais rencontrés, et ce ne sera pas agréable.
  5. Et enfin, même si tu sais que ton français n’est pas parfait, il ne faut pas avoir peur et continue d’essayer ! Il y a eu beaucoup de fois où je suis allée dans un restaurant ou un magasin et ils pouvaient dire de mon accent que j’étais américain. Ils passeraient à l’anglais, mais j’ai continué à répondre en français. C’est la seule façon que vous allez apprendre. Soyez prêt à faire des erreurs !

Donc, ces conseils ne sont que quelques-unes des façons dont j’ai dû m’adapter à la culture française. Bien qu’il y ait eu des jours où je dois porter une chemise mouillée pour travailler parce que j’ai oublié de la laver plus tôt ou que je me réveille au milieu de la nuit dans une flaque de ma propre sueur, cette expérience m’a aidé à apprécier les petites choses comme la climatisation ou un sèche-linge. Dans le grand schéma de la vie, ils sont de petits changements. Je suis triste de devoir dire au revoir si tôt, mais je suis éternellement reconnaissant pour l’expérience que j’ai eu ici.

Bordeaux, je t’aime

Ma partie favori d’une expérience est la partie quand on revient comme une personne différente, et c’est toujours pour la meilleure. Néanmoins de ce qu’on n’a pas aimé, ce qu’on a dû faire pour résoudre des problèmes, ou ce qu’on a aimé le plus ou le moins, chaque expérience fusionne quelqu’un dans une meilleure personne. Les dons qu’on obtient de résoudre des problèmes lors à l’étrangère mélangent dans les tâches quotidiennes. Les souvenirs qu’on voudra revivre aident de plus à define les intérêts et les loisirs. On s’apprend alors qu’on apprend du monde.

Avant de dire mes adieux mélos aux amis incroyables que j’ai rencontrés et à la ville dans laquelle je suis passé un mois qui a boulversé ma vie (il y avait beaucoup de pleurant), j’étais étreinte chaleureusement, et on m’a dit “Ne changes jamais. S’il te plaît, ne changes jamais.” J’ai beaucoup réfléchi de ces mots. Le sentiment m’a aidé à comprendre moi-même plus clairement. Je suis quelqu’un qui donne tout. Je suis toujours là pour aider les autres, et je ne veux jamais faire rien si je ne suis pas confortable. Je ris avec une voix trop forte de temps en temps, mais c’est parce que je veux que les autres comprennent que je veux partager mon bonheur avec eux.

Néanmoins, avec chaque voyage que je prends, avec chaque conversation à laquelle je participe, avec chaque nouveau livre que je lis, il faut que je change. Voilà les expériences de la vie qui nous changent en continu pour améliorer. Mais j’apprécie ces mots et le sentiment. J’ai fait du mieux possible, et c’est la chose la plus importante. Bordeaux a pris une partie de mon coeur, mais j’ai pris du rire, des souvenirs, et de la joie en échange.